Actualité des VTC

Retrouvez toute l'actualité des VTC !
VTC: Ou en est la médiation entre plateformes et chauffeurs

VTC: Ou en est la médiation entre plateformes et chauffeurs

28.01.2017.

VTC : qu’en est-il de la médiation entre les chauffeurs et les plateformes ?

Le médiateur Jacques Rapoport va sous peu rendre son rapport concernant le conflit qui oppose les chauffeurs de VTC aux plateformes qui les emploient, l’occasion de faire le point sur la situation actuelle.

.

Des conclusions très attendues

Jacques Rapoport succède à deux premiers médiateurs qui avaient donné naissance aux lois Grandguillaume et Thévenoud, lesquelles n’avaient guère réussi à éliminer les tensions qui agitent le secteur du transport public de personnes. Celui-ci regroupe taxis et voitures de transport avec chauffeur (VTC). Cet ancien de la SNCF a été nommé fin décembre pour trouver une solution satisfaisante dans le conflit qui secoue ce dossier épineux, où les intérêts de chaque acteur divergent entre les chauffeurs de taxis, ceux de VTC et les plateformes

Le médiateur continue actuellement à rencontrer les acteurs de ce secteur, et publie régulièrement des articles sur son blog personnel afin de faire toute la lumière sur les tenants et aboutissants de ce dossier compliqué. Selon lui, il est temps, après un mois entier de travail, de mettre au point les propositions qu’il soumettra aux organisations de chauffeurs et aux plateformes afin de régler le conflit en trouvant des solutions « respectueuses des enjeux de chacun ». Cette étape sera remplie « d’ici le milieu de la semaine prochaine ». Une dernière réunion plénière devrait ainsi se tenir aux alentours du 2 février. A la suite de cette réunion, il soumettra ses conclusions officielles aux pouvoirs publics. L’une de ses conclusions pour le moment est qu’un chauffeur VTC indépendant exerçant son activité 60 heures par semaine devrait obtenir un revenu net mensuel d’environ 1 700 Euros, s’il maîtrise de manière correcte ses charges.

.

Un dialogue constructif

Dans le même temps, le dialogue entre les chauffeurs et les plateformes continue. Le 17 janvier dernier, un premier groupe de travail a ainsi eu lieu, chez Marcel ; il réunissait six chauffeurs partenaires volontaires, des porte-paroles VTC ainsi que des responsables de cette plateforme, notamment Bertrand Altmayer, Président et co-fondateur de Marcel. Il a duré six heures, au cours desquelles ont été évoqués les engagements respectifs de chacune des parties et en particulier les critères de notation des chauffeurs, les modalités de fin du partenariat ainsi que le taux de commissionnement. A cet égard, la société Marcel propose actuellement la commission la moins élevée du marché (15% TTC contre par exemple 25% chez Uber), mais les responsables réfléchissent à la possibilité d’instaurer un taux variable basé sur le taux de réactivité des chauffeurs. Mais le but est malgré tout de conserver le taux le plus compétitif du marché. Quant au volet des fins de partenariat, un accord a été trouvé au cours de cette réunion sur la création d’une commission tripartite, qui sera composée du chauffeur impliqué, de chauffeurs volontaires bénévoles et de responsables Marcel ; elle examinera les cas litigieux de déconnexion. Un programme de coaching devrait également être mis en place, qui s’ajouterait aux formations déjà délivrées par la société Marcel, afin d’éviter ces ruptures de partenariat.

.

Des insatisfactions persistantes

En dépit de ces différentes démarches, plusieurs chauffeurs poursuivent leurs actions contre les plateformes. Sayah Baaroun, porte parole de l’Unsa VTC, avait ainsi invité ses collègues à se rendre à la Bourse du travail le vendredi 27 janvier, afin de lancer des actions en justice contre les sociétés de VTC telles qu’Uber. Le but est d’obtenir, comme ce fut le cas aux États-Unis, des dommages et intérêts. Les principales plateformes dans le viseur de Sayah Baaroun sont Uber, Chauffeur-Privé et LeCab, qui selon lui, déconnectent trop souvent les chauffeurs de manière arbitraire. Sans pour autant être un employeur idéal, Marcel est distingué des autres plateformes françaises, Sayah Baaroun estimant que de telles plateformes permettent de faire avancer les choses et regrettant qu’il n’y en ait pas plus comme elle.

.

Au plaisir de vous conduire bientôt,

L’équipe BLACK CARS

.

.

Author:

Uber : des mesures pour sortir du conflit on février 2, 2017 AT 07

[…] mercredi 1er février, le médiateur Jacques Rapoport devait exposer ses recommandations pour régler le conflit entre les plates-formes et les […]

Comments are closed.