Actualité des VTC

Retrouvez toute l'actualité des VTC !
VTC et TAXI: l’Etat favorable au rachat des licences

VTC et TAXI: l’Etat favorable au rachat des licences

08.04.2016.

VTC et Taxi : l’État penche en faveur de la restitution des licences

Les rivalités entre taxis et VTC (Voiture de Tourisme avec Chauffeur) s’intensifient. La mise en place d’un rassemblement en date du lundi 4 avril à Toulouse en est la preuve. De son côté, le secrétaire d’État chargé des transports en appel à l’apaisement. Afin de s’extirper de ce bourbier, ce lundi, Alain Vadalies a émis une feuille de route qu’il a établie en se basant sur la réunion qui s’est tenue à Paris entre les représentants des véhicules de tourisme avec Chauffeur Privé d’une part et les taxis d’autre part.

.

De cette feuille de route sans précédent émane l’intention de mettre en place un fonds de garantie destiné aux taxis

Selon une proposition du médiateur Laurent Grandguillaume, la mise en place d’un fonds de garantie via le financement de l’ensemble du secteur permettrait « le rachat par l’État des licences cessibles, pour les chauffeurs de taxi volontaires ». Cette sollicitation des chauffeurs de taxi résulte de l’avènement des VTC, car ils font actuellement face à une baisse du prix de leur licence.

Une licence qui pour certains a été acquise grâce à des dettes accumulées. Ainsi, seuls les chauffeurs de taxi près de la retraite, ceux munis d’un dossier en béton démontrant qu’ils sont criblés de dettes et ceux qui ont eu la malchance de rencontrer « des accidents de la vie » bénéficieront de ce rachat selon les dires de Laurent Grandguillaume, député et médiateur. Le retrait d’une licence doit systématiquement donner suite à la délivrance, à titre gratuit ou de location pour une durée limitée, à un autre taxi.

Toujours selon M. Grandguillaume, cette garantie donnerait lieu à la mise à disposition d’« un capital (…) basé sur la valeur d’acquisition » de leur licence de taxi en « échange de leur retrait du marché ». Et il ne mâche pas ses mots en exposant les faits, le 26 février dernier, lors de la restitution de son rapport.

.

Un blocus toulousain en force

Malheureusement, cette feuille de route déplaît à certains chauffeurs de taxi, et surtout ceux de Toulouse qui sont les plus récalcitrants. Ces derniers se sentent impérativement mis à l’écart des grandes organisations à Paris. Considérée comme foyer de la contestation, la Ville Rose a failli faire l’objet d’un blocus qui a manifestement été reporté lundi soir vu que la journée n’a pas porté ses fruits.

.

L’équipe BLACK CARS

.

Author:

Portrait de Liu Qing, celle qui a fait plier Uber en Chine on février 6, 2017 AT 10

[…] des acteurs locaux, là où Didi cherche à les mettre en avant, faisant appel depuis le début aux chauffeurs de taxi déjà implantés, sans chercher à les concurrencer par une main d’œuvre bon marché comme […]

Comments are closed.